25 novembre 2007

Petits pots? Pas petits pots? (à prononcer très vite et en boucle sans postilloner)

Comme j'ai entendu dire que les bébés pourris-gâtés habitués aux petits plats de maman ont tendance à refuser les petits pots, mais que je trouve que ça peut être pratique de donner un petit pot dans certaines circonstances (genre si les extra-terrestres débarquent et qu'ils repartent avec tous les légumes frais disponibles sur terre, ou plus probable pour avoir une nourriture pratique pour les week-ends à l'extérieur), je décide de donner de temps en temps des petits pots à bébé Flèche, afin de l'habituer très tôt au junk food et à son côté pratique.

J'ai énormément de mal à me défaire de l'image de la mauvaise mère qui nourrit son enfant avec des conserves. Dans les années 70, on faisait l'apologie du petit pot et du lait en poudre, et la maman qui ne s'en servait pas était considérée comme une ringarde. La maman idéale de l'an 2000, quant à elle, doit être hyper hype et savoir allier carrière et maternité; elle occupe un poste important dans une boite en vue, elle pète la forme parce qu'elle fait du sport entre midi-1h et elle trouve encore le temps de cuisiner des légumes bios pour ses rejetons en se tenant au courant du conflit au Proche-Orient tout en se peignant les ongles des pieds couleur fuschia irisé tellement tendance.

Pourtant, certains pédiatres modernes disent que les petits pots sont maintenant faits avec des légumes contrôlés et hyper-frais et qu'il vaut parfois mieux donner un petit pot et utiliser le temps qu'on aurait passé à cuire/mixer/congeler des préparations de légumes à faire une activité avec son enfant, comme par exemple lui peindre les ongles des pieds en fuschia irisé si c'est un garçon, ou lui apprendre à construire un moteur avec une bobine de fil, 2 aiguilles et un élastique si c'est un fille.   Donc je fais un compromis (ça doit être mon côté Suisse, le compromis étant élevé chez nous au rang de sport national): je donnerai de temps en temps un petit pot à bébé Flèche pour qu'il ne les refuse pas le jour où je n'ai rien d'autre sous la main pour cause de débarquement d'Aliens, mais je continuerai à cuisiner des légumes (pendant ses sieste évidemment, pour ne pas gaspiller une minute du temps précieux que je peux passer avec lui). La mère idéale de tous les temps ne serait-elle pas la reine du compromis? La mère idéale de toutes les galaxies serait-elle donc Suisse? Je vous laisse ruminer tout cela, rendez-moi les copies à la désalpe.

La pression est maintenant énorme pour bébé Flèche devant sa cuillère de petit pot pomme/abricot, mais il assume plutôt bien et il mange la moitié du pot! Il a l'air un peu surpris par le coté acide de cette préparation (j'ai gouté aussi, la mère moderne ayant un penchant prononcé pour le risque), donc je prendrai autre chose la prochaine fois. Plus tard dans le mois je récidive et je tente l'arme secrète des fabricants de petits pots, le célèbre carotte-petits-pois-patate, que je goute et que je trouve un peu fade comparé à mes préparations de super-maman. Qu'à cela ne tienne, bébé Flèche le mange quand même, tout comme la bouillie lactée aux fruits que je lui donne quelques jours plus tard pour ses 4 heures, il est brave ce petit, il fait la fierté de ses parents. Et là je me prends à rêver que ce sera aussi facile pendant toute son enfance, et qu'il acceptera sans broncher tout ce qui lui sera présenté dans son assiette. L'enfant idéal d'une maman idéale, toute jolie dans son nouveau tablier fleuri avec ses ongles des pieds ultra tendance, souriants tous les deux béatement à la caméra filmant une pub pour des délicieux légumes... en conserve! Zappons!

Posté par Maman chronique à 08:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Petits pots? Pas petits pots? (à prononcer très vite et en boucle sans postilloner)

Nouveau commentaire