25 novembre 2007

Cause toujours!

Alors que Flèche surfe toujours sur la vague de l'expression orale avec une aisance insolente, Titours, lui, prend son temps pour acquérir la parole. Voici donc un bref aperçu des progrès linguistiques de notre cadet:

Il n'y a que quelques mois, une conversation avec Titours ressemblait à ça:

-Maman! Kièmtumnagachomchopoté!
-Euh, tu peux répéter?, je n'ai pas bien compris.
-Chemnemgannéma chemnamiéchemnabouyeti, maman.
-Ehem, hem, hem c'est bien ce que je n'avais pas compris la première fois. Euh, et bien qu'est-ce que tu as envie de faire? On va faire un jeu?
-DéDé
-Ah ça ça a le mérite d'être clair, oui on mettra un DVD plus tard.
Titours a attendu d'avoir 2 ans 1/2 pour devenir le petit perroquet que sont souvent les cadets. J'ai enfin le son en stéréo, quoiqu'une oreille reçoit des information un peu plus approximatives que l'autre. Titours me rappelle un peu le Numide dans les BDs d'Astérix. Ce n'est pas vraiment qu'il place sa paume au-dessus des yeux et hurle "Gaulois à t'ibo'd", mais lui aussi est fâché avec les "r". Pourtant on est assez loin de la numidité puisque je n'entends même pas le début d'un chuchotement d'apostrophe. Titours (Titouss comme il se nomme lui-même) aime donc mett les choses pa tè, il adore coui après Flèche. Il connaît beaucoup d'animaux dont le sèpent, l'ousstete_d_ours,dolphin la giaffe, le todile, le tig, le zèb, le cana, la totue, la guenouille, la souis, le kangouhou, le céosse (çui qui a les cornes sur le nez). Mais il y a aussi ceux qui n'ont pas de "r" à oublier comme un ion, un chinche, un choual, un maphin (comme dans Flipper le Maphin), un paillon, un néfant. Comme Flèche au même âge, il donne un accent particulier au mot pouaaaaaaaaasson. Je passe volontairement sous silence les chats, chiens, vaches, mouches, poules, cochons et loups et autres qui sont prononcés     juste, c'est pas drôle. Mon préféré est un animal aujourd'hui disparu, probablement parce que son cri était trop désagréable, le fameux dissonore.

MichalJ'ai une bonne nouvelle pour tous les fans de Michal (oui vous savez, Michal  Delastaracademy, celui qu'on a longtemps soupçonné d'avoir volé l'orange, comme tous ses compatriotes de l'Est qui viennent voler les places de travail de nos plombiers). Et bien ce n'est pas lui qui a l'orange, c'est Titours! Depuis le mois de novembre la mode est à l'orange (parfois prononcé onrange). 3 mois plus tard, c'est toujours le mot favori de Titours. Parfois il l'utilise pour parler de la couleur orange, ou du fruit; parfois il veut dire "on range" (j'aurais préféré "je range", mais il semble que les garçons de cette famille aient absolument besoin de moi pour cette joyeuse activité qu'est le rangement). "Orange" est aussi utilisé par Titours comme mot universel, le mot qui veut tout et rien dire, celui qui est tellement passe-partout qu'on peut presque l'utiliser dans chaque phrase. Et comble de l'ironie, le "r" de orange est prononcé sans aucun problème, tout râpeux et guttural. C'est d'ailleurs en prononçant moi-même ce mot-mystère à plusieurs reprises avec l'accent particulier que lui donne Titours que j'ai découvert son utilité thérapeutique.    

De l'utilité thérapeutique du mot "orange" prononcé à la mode de Titours:
Le "o" légèrement nasal fait vibrer la moque coincée entre le nez et la gorge, le "r" bien râpeux décolle cet amas glaireux qui tombe dans le receptacle  que forme la bouche quand elle prononce le son "an", et il ne reste au son "je" qu'à pousser le glaviot jusqu'au bout de la langue ou il pourra soit être craché, soit ravalé pour poursuivre son voyage intérieur en direction de l'estomac. Comme le sol de la maison n'est pas couvert de petits amas verdâtres et glissants, je soupçonne
Titours de choisir l'option "voyage intérieur". Vous n'êtes pas sans ignorer qu'une telle découverte peut me valoir un prix Nobel de médecine, j'attends d'ailleurs un coup de fil de Suède tout prochainement. Les retombées financières de cette trouvaille de génie ainsi que la gloire qui en découle iront tout droit à Titours, et peut-être aussi un peu à Michal qui a certainement un peu de mal à boucler ses fins de mois avec son salaire de plombier de la chanson française.

Posté par Maman chronique à 16:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Cause toujours!

Nouveau commentaire